décembre 18

L’illusionniste

Il ya longtemps, mon monde s’est écroulé. J’avais perdu « l’essence », l’envie d’exister. Allez savoir pourquoi, la vie en a décidé autrement. Sur le sable et les ruines, j’ai commencé à rebâtir. J’ai construit un semblant de vie, une façade, un masque, une coquille dans laquelle je me suis lentement glissé.

Mais la coquille étant trop étroite, trop restrictive, j’ai construit indépendamment un monde secondaire. Parti du néant, j’ai tout assemblé, construit des rêves, peuplés d’illusions et de fantasmagories. Lorsque l’existence dans ma coquille m’était pesante, il me suffisait de m’échapper vers cet autre monde, de me glisser dans le songe.

Le temps passant, cette fuite est devenue presque constante. La coquille qui m’enveloppait dans le réel était bien trop étroite, bien trop limitée. Même si elle m’aidait à tenir dans une vie qui peu à peu devenait insupportable.

Un jour, alors que la vie avec cette coquille semblait pour tout le monde se dérouler tranquillement, j’ai cédé face à une illusion. J’ai cru voir un signal. Ce signal et cette illusion ont peu à peu rongé la coquille. Et la façade que j’avais mis si longtemps à bâtir, à sécuriser s’est fissurée. Le sable sur lequel elle était installée s’est mis à glisser. Sortant de ma coquille, j’ai poussé à bas cette éphémère construction. En sortant de cette coquille, je pensais enfin pouvoir être.

Et puis l’illusion s’est désagrégée. Je me suis retrouvé à contempler les ruines de ce que j’avais si lentement bâti, écroulées sur ce banc de sable.

Aujourd’hui, les ruines sont couleur de cendre, le sable s’est changé en verre.

Il ne me reste que les songes. Mais même eux commencent à me fuir, comme s’ils n’avaient plus besoin de moi pour exister.

Aujourd’hui je contemple les vestiges de mes rêves et je ne trouve plus l’énergie pour tenter de les reconstruire.

Aujourd’hui je suis ruines et bâtiments délabrés, rongés par l’absence d’utilité, abandonnés au néant dont ils avaient surgis.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 18 décembre 2013 par Damian dans la catégorie "L'autre face du miroir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *