mars 31

Demeträ

Un jour que mes pas m’avaient mené au loin,
L’esprit enténébré par de lourdes pensées,
Je m’égarai bientôt sur une sente cachée
S’ouvrant sur un vallon mystérieux et divin.

Deux lacs d’azur clair, étincelantes eaux,
Couronnés par les flammes d’une forêt mordorée.
Au loin, une plissure, teinte ocre et veloutée,
Où scintillait la nacre de ruisselants coraux.

Attiré par le calme de cette douce contrée,
Je m’approchai bien vite des miroitants lagons
Et le regard happé par leurs milliers de tons,
Je me plongeai en eux, saisi et fasciné.

D’abyssales profondeurs en flots illuminés,
De fonds marmoréens en veines d’argent terni,
Emportée par les vagues,mon âme se perdit
Et d’un battement de cils mon coeur fut prisonnier.

Bercé par l’onde sereine, doucement je sombrais;
Son murmure à l’oreille, tel un souffle apaisant,
Me décrivait les cieux aux horizons ardents
Alors que, lentement, ses bras fins m’enlaçaient.

Ce contact soudain m’extrait de ma torpeur.
J’ouvris tout grands les yeux, cherchant cette présence:
Une forme éthérée s’esquissait en silence
Se mêlant à mon ombre, corps à corps, coeur à coeur.

« Je suis Ambre de Lune, antique apparition.
Vous foulez mon domaine, contemplez ma beauté.
De l’éternel sommeil, votre être m’a tiré,
A vous je suis liée jusqu’à l’Armageddon. »



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 31 mars 2017 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *