mai 14

Madone

Ulysse eut-il vu ainsi sa Pénélope,
Ni aventure, ni guerre, fuse-t-il déshonoré,
Il n’est aucun navire qui eut pu l’emporter
Loin de sa dulcinée, pas même le Cyclope.

Hadès lui-même faisant à Orphée le pari
De ne se retourner qu’hors de son domaine
Pour mirer Eurydice nouvellement humaine
Que face à cette icône il eut cédé aussi.

Il n’est ni dieu, ni homme, devant tant de noblesse
Qui n’eut courbé le buste et rendu sa couronne
Pour un simple regard de cette douce madone
Et d’un tendre sourire saisir la caresse.

De Vinci devant elle renie Mona Lisa;
Don Juan en son enfer loin d’elle se morfond;
Sans cette Muse, le poète dans l’abîme se fond;

Mais voyez sa langueur, cette pleine mélancolie,
Ce voile de pudeur qui la drape et l’emplit…
Son âme ne se livre qu’à qui la chérira.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 14 mai 2018 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *