juillet 22

Fascination

Dans la bulle d’un rêve étrange et merveilleux
Au détour d’un voile à la teinte émeraude
Je surpris, allongée sur une dalle de pierre chaude
Une fascinante naïade au regard bienheureux.

Je me fis silencieux pour ne point déranger
Cette sublime créature à l’humeur nonchalante,
Saisi par son charme, sa beauté envoûtante.
Un regard de la belle eût mon âme emporté.

Je voulais me faire pierre, oiseau ou pousse d’herbe
Pour approcher un peu de cette apparition.
D’une caresse la frôler, lui voler un frisson
Effleurer furtivement sa peau pâle et superbe.

Mais le cœur me manquait. Craignant de la froisser,
De voir son beau visage de colère se creuser,
Je restais immobile, en pleine contemplation,
Ne sachant quelle étoile prier pour ce don.

Des éclats de lumière sur l’onde avoisinante
Venaient couvrir son corps de volutes cuivrée,
Sinueuses arabesques sur ses courbes posées,
Croisant ici ou là quelques encres vivantes.

L’ondine avait au flanc un mystérieux dessin,
Carte de ses merveilles à peine dissimulée.
Mes yeux y revenaient, sans cesse, comme happés,
Cherchant en ces symboles une réponse, en vain.

Le bruissement d’une aile dans un arbre voisin
Tirant soudain la belle de son assoupissement,
Elle me vit, s’empourpra, d’un geste se couvrant,
Et comme on tire un voile, disparut sur le champ.

« Pardonnez-moi, ondine aux yeux de jade et d’or,
Je ne suis qu’un errant dans ces contrés de songe.
Si je vous offensais, ordonnez, je m’allonge,
Et sur cette pierre, disposez de mon corps. »

« Votre aura était telle qu’elle me laissa transi,
Et qu’à l’eau de vos lèvres, je voulus m’abreuver.
Mes rîmes et mon âme sont ma seule monnaie.
Prenez, je vous les cède. Vous perdre, je ne puis. »



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 22 juillet 2018 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *