janvier 8

Splendens

Par delà les brumes pâles qui recouvrent le monde,
Entre les grises volutes qu’habille l’obscurité,
Pour qui sait voir plus loin que ce voile léger
Scintille la lumière d’une aube plus profonde.

Dans cet autre univers tout auréolé d’or
Chaque être brille d’une flamme où dansent mille couleurs.
Au gré des émotions leurs feux rayonnent sans heurts
Et les nuits sont ornées de sublimes aurores.

En cet étrange lieu où chaque mot est musique,
Où toute vie s’accorde à la Grande Symphonie,
Il est une île paisible où l’âme s’épanouit
Et s’abreuve à la source de sagesses antiques.

Sur cette secrète terre, parfois, je m’aventure
pour côtoyer les muses et apaiser mon cœur.
Tant de merveilles cachées y révèlent leur douceur,
Offrant aux égarés des baumes pour leurs blessures.

Ce havre abrite une fée, charmante souveraine
Qui accueillit un jour un roi à l’agonie.
Ce vieillard de passage jamais ne repartit
Tant il fut séduit par l’hôte et son domaine.

A la cour de cette reine demeure une humble dame,
Une perle d’empathie au teint rose et nacré.
Des le premier instant où je l’ai rencontrée
Mon essence se fit sienne, ma peau son oriflamme.

L’errance m’a poussé si loin de ces rivages
Dans la lueur opaque d’un pesant demi-jour.
Pourtant, j’espère encor rejoindre mon amour,
Lui offrir les cieux en un vibrant hommage.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 8 janvier 2019 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *