décembre 7

Minotaure

Dans une danse lente, cantate minérale,
Les jours passent, se ressemble, s’assemblent, identiques.
J’erre dans mon dédale, m’épuisant, apathique,
En quête d’une issue à ce monde carcéral.

A mesure que, sur moi, s’abat la froide saison,
L’air se fait plus rare, les évasions s’espacent.
Une ombre impitoyable d’un voile glacé m’enlace
Repoussant loin au large l’astre aux si doux rayons.

Une flaque bourbeuse me renvoi le reflet
D’un cycle répété, fait de fragments épars:
Quelques songes fanés; des voies où je m’égare;
Des serments oubliés, sièges de lourds regrets.

Bien peu de ces débris sont chargés de lumière;
De bien petits éclats imprégnés de gaieté.
Ils s’épuisent si vite, s’essoufflent, balayés
Par l’aveuglement creux d’illusions mortifères.

Dans ce morcellement se reflète une absence,
Un manque où cristallise l’insidieux germe du doute,
Un vide rongeant l’âme, poussant à la déroute
Mon être consumé par tant de dépendance.

Sans soleil je m’étiole, sans flamme je m’éteins;
Mon esprit n’est en paix que son gouffre comblé.
Où sont passés mes rêves ? Où les ai-je oubliés?
Suis-je de ceux que seule la tristesse étreint?



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 7 décembre 2017 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *