octobre 7

Mun

Par un pâle soir d’automne au gré de mes errances
Dans la salle d’une auberge où j’étais réfugié
Après une longue marche, transi et fatigué,
Mon regard accrocha une saisissante présence.

Comme une pluie d’étincelles bondi hors du foyer,
Couronnée d’une aura pleine de chaudes couleurs,
Passant entre les tables de blêmes consommateurs,
Un être s’avançait et je croyais rêver.

S’arrêtant devant moi, la créature sourit,
Me glissant quelques mots d’une voix chaleureuse.
La seule proximité de cette âme merveilleuse
Suffit à me combler, me laissa étourdi.

Vous décrire sa beauté serait presque une offense
Tant elle rayonnait, les mots paraîtraient vains.
Dans cette sombre salle, à milieu des vauriens
Songeuse, elle dansait, sans crainte et sans défiance.

Quiconque aurait posé un geste malvenu
Aux dieux intransigeants, des comptes aurait rendu.
Car sans doute aucun, cet être de douceur
N’était rien moins qu’un ange venu nous faire honneur.

Depuis, à chaque fois que mon sort le permet
Sans hésiter, mes pas me ramènent en ces lieux.
Je reviens contempler l’astre venu des cieux
Et, un jour, plein de force, mon cœur lui offrirai.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 7 octobre 2018 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *