mai 12

Coven

Dans le ciel resplendit la déesse Cybèle

Parfaite sphère d’ivoire dans la nuit étoilée

Elle est notre fanal, étendard argenté

Liseuse de destinées attendant ses fidèles

 

La voûte aux sept piliers irradie de lumière

Au cœur des bois obscurs où elle fût érigée

Et sur chacun des trônes un pair s’est installé

Attendant le signal pour célébrer ses frères

 

Longtemps fût oublié ce rituel païen

Fruit des règles secrètes régissant l’univers

Lorsque les premiers êtres vénéraient la terre

Et se réunissaient pour resserrer leurs liens

 

Au cœur de l’heptagramme mes amis m’ont placé

Reproduisant les gestes de prestigieux anciens

Sur mon corps ont laissé l’empreinte de leurs mains

Avec une lourde chaîne ils m’ont entravé

 

Bientôt dans le silence s’éleva leur prière

Dans la langue ancestrale des maîtres magiciens

Ils ont murmuré leurs craintes, leur chagrin

Brisant dans mon esprit leurs sceaux et leurs barrières

 

Et soudain s’est produit le miracle espéré

Une à une mes menottes sont tombés en poussière

Les forces me sont venues des entrailles de l’éther

De ma prison de chair mes frères m’ont libéré

 

Le temps est revenu d’accomplir ma mission

Dans ces époques troublées trop de dangers menacent

Devant mon héritage les voiles maintenant s’effacent

D’un ultime mot d’espoir je suis l’incarnation.

 


Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 12 mai 2011 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *