mars 17

Détenu

Je viens d’un autre monde, étrange et mystérieux
Ange aux ailes d’argent et au cœur de papier
Mon nom et mon histoire, tout me fut arraché
Quand j’ai franchi le voile d’un bond majestueux

Mes ailes dans ce monde sont un lourd fardeau
Mon cœur de papier se froisse au moindre accroc
S’imprègne telle une éponge d’émotions, de sanglots
Mon esprit onirique s’en voit chargé de maux

Sur mes anciennes terres, l’air était mon essence
Une simple inspiration m’emportait au levant
J’embrassais les nuées de l’aube au couchant
Ici mes pas sont lourds, mon corps n’est que souffrance

Votre épaisse atmosphère est froide et étouffante
Les courants d’altitude sont emplis de poussière
Vos oiseaux de métal saturent les hémisphères
De leur cacophonie, de leurs fumées brulantes

Votre réalité n’est que bruit et fureur
Si éloignée de ma si harmonieuse sphère
Où cohabitent les ombres et les cœurs de lumière
Dans une mélodie aux rythmes enchanteurs

Impossible pour moi de regagner les songes
Ma cellule de chair est trop bien agencée
Elle piège mon énergie, ne la laisse pas filtrer
Pour mieux s’en repaitre, lentement elle la ronge

Je suis un onirien arraché à son rêve
Attiré dans ce monde par son chatoiement
Mon être fantasmatique s’est lié au vivant
La chair m’emprisonne, ma liberté s’achève.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 17 mars 2013 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *