novembre 9

Danser avec les ombres

Quelques gouttes de rosée sur l’ivoire d’un piano
Égrainant les accords d’une ancienne mélodie
Que le vent de novembre emporte dans la nuit
Faisant valser les feuilles d’ambre sur les flots.

Sous les étoiles complices, la brume étend ses voiles
Effleurant de ses doigts quelques âmes égarées
Et la Lune, mutine, laisse sa lueur filtrer
Dans un dernier rayon de lumière vespérale.

Mon esprit sans repos, voyageur éternel
Au pied d’un très vieil arbre vient se creuser un nid
Pour contempler la monde que le soleil fuit
Et cueillir les merveilles que les ombres recèlent.

Cette douce atmosphère, l’étrange symphonie,
Éveillent un souvenir trop longtemps oublié
Sous les hautes frondaisons et les vivants piliers
Me reviennent les images d’une ère évanouie.

Saisi par la musique, je me mets à danser
Un si charmant fantôme m’enlaçant de ses bras;
Tantôt elle me guide, tantôt suivant mes pas
Corps à corps, cœur à cœur, dans cette obscurité.

La terre était si jeune et nous si innocents
Inconscients, libres encor, ignorant nos destins
Nous goûtions la chaleur de ces moments divins
Où seul comptait l’instant, sans peur du lendemain.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 9 novembre 2018 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *