mars 13

Euryale

Une nuit caniculaire baignée d’astres sanglants,
Tout mon être poissé de fiévreuses visions,
Je bondis hors des songes comme d’un abîme profond
La cervelle enflammée, le cœur trop palpitant.

J’avais suivi dans l’Ombre une voie dissimulée
M’aventurant bien loin des féeries coutumières;
Perdu dans mes pensés, j’ignorai les frontières
Que nul ne doit franchir sans en être marqué.

Sans le savoir, j’errai aux portes de l’Hadès,
N’accordant à ses spectre une once d’attention
Lorsqu’un souffle subtil montant hors des tréfonds
Glissa sur mon épaule l’esquisse d’une caresse.

Ce frôlement silencieux porta en mon oreille
Le frissonnant murmure d’une voix oubliée.
Je levais le regard, mon esprit ébranlé
Par le souvenir vague d’une femme sans pareille.

Je me trouvais saisi de la découvrir là
Alors que, comme tant d’autres, elle n’était que chimère.
J’avais vu son essence se perdre dans l’Éther
Lorsqu’elle avait croisé la maîtresse du Trépas.

Ma plume l’avait pleurée longtemps, inconsolable
Et j’avais tant souhaité un instant la revoir
Que cette vibrante empreinte en ces lieux de cauchemars
M’emplit le cœur d’effroi, faiblesse insupportable.

Je tournais les talons, ce spectre sur mes pas
Sentant sur mon échine courir ses doigts glacés;
La belle des ténèbres cherchait à m’agripper,
M’entraîner dans un monde où la lumière ne va.

Une promesse brisée, la cause de son ire;
Moi, coupable parjure, fuyant ma punition;
Je touchais aux limites de ma faible raison;
Seules les portes du Songe pourraient me secourir.

Je quittais avec force ce rêve enténébré
Et, atteignant l’éveil, j’ouvris les yeux, pantelant
La nuque me brûlait comme au feu d’un volcan
Depuis lors, je demeure sans repos, l’âme hantée.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 13 mars 2019 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *