mars 15

Icare

Femme flamme au doux sourire, soleil radieux,
Dans cette geôle imposée, c’est à toi que je songe.
Las de ces quatre murs, en mon esprit je plonge…
C’est vers toi qu’il se tourne, papillon amoureux.

Il revit chaque instant, chaque brève parole,
Toujours émerveillé par ta simple présence.
Et je maudis mille fois ma langue faisant silence,
Mon cœur se noyant sous les mots qui l’affolent.

Je voudrais tout te dire, ne plus rien te cacher
Des vagues telluriques qu’apportent ton regard
Dans le secret tombeau où fanaient mes espoirs
De retrouver un jour le courage d’aimer.

Tant de bouleversements, de tristesse, de distance,
Me tenaient à l’écart, repoussant l’affection
Ou bien la faisant fuir devant tant de passion,
Car trop d’intensité génère trop de souffrance.

Trop voir peut aveugler, trop sentir peut brûler
Aussi je maintiens clos mon creuset d’émotions.
Sous le feux de tes yeux, pourtant, vint l’explosion;
Mon âme moribonde s’est remise à chanter.

Et depuis elle danse, bondit, tourne et chavire
Dans l’attente, impatiente de pouvoir te croiser.
Je compte les instants avant la liberté,
Où j’espère pouvoir enfin mon cœur t’ouvrir.



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 15 mars 2020 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *