septembre 27

Typhon psychique

Oh, toi divine Oracle qui voit tout et devine
En chaque créature, les songes et le dessein;
Je me tourne vers toi, éclaire mon chemin!
J’erre depuis des éons dans les brumes et me mine.

J’ai ausculté mon Cœur qui s’échine et se tord
Pris comme un frêle esquif en tempête océane,
Consulté la Raison où tout rêve se fane;
Depuis mon pauvre esprit titube, à demi-mort.

Y a-t-il dans cette flamme quelques fois aperçue,
Dans ces coïncidences, hoquets de l’Univers
Quelque secret indice? Parler ou bien me taire ?
Ne serait-ce qu’un reflet de mon âme perdue ?

Sont-ce donc des illusions ou un heureux présage?
Le prélude au bonheur que j’ai tant espéré ?
Ou de simples images, trop vite interprétées
Par ce cœur languissant, en manque de passion?

Prêtresses du Destin, vous, les Grandes Tisseuses,
Avez-vous pour mon âme une petite indulgence?
Dois-je agir? Me montrer? Rester dans le silence?
Demeurer coi au risque d’une parole malheureuse ?

Ombre et lumière s’étirent, s’affrontent et s’entremêlent
Créant un maelstrom de souhaits contradictoires.
Mon esprit se déchire, se fissure! Désespoir!
Devant tant d’émotions, tout mon être chancèle.

Quelle est donc la Réponse, la Juste Réaction ?
Suis-je vu, attendu ? A quel sens me fier ?
Ou bien mon cœur malade s’escrime à se berner;
Ou ces étrangetés sont une indication…



Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 27 septembre 2019 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *