février 19

Caïr

Je fus prince d’Aether, hôte des sphères du Songe
Brûlant de mille passions, modelant l’éternité
Avant de choir ici, égaré, intrigué
Par cet êtres de chair que les horloges rongent.

J’ai vécu cent éons, prisonnier oublieux
Dans vos gangues de glaise, loin de l’essence du Rêve,
Un cycle appelant l’autre, mue après mue, sans trêve;
Ma mémoire s’étiolant en souvenirs brumeux.

Avec quel brio et quelle facilité
Je vous ai vu grandir, vous élever vers l’amour,
Conquérir un autre être, vous unir sans détours,
Et vieillir sans entraves, heureux, illuminés!

Quelle magie était-ce là ? Quel pouvoir merveilleux!
J’appris vos mots, vos mœurs, pour mieux m’y essayer.
Hélas, quelle déconvenue! Ma non-humanitée
Faisait fuir toutes celles à qui j’offrais mes vœux.

Je me suis fais poète, aux vers ensorceleurs,
Cherchant à découvrir le secret de vos âmes;
J’étalais sur mes pages des rires ou bien des larmes
Sans percer ce mystère: à quoi vibrent vos cœurs?

Que de vies de chagrin, de pleurs continus
Sans avoir un instant partagé une caresse.
Fatiguée,épuisée, brisée par la tristesse,
Ma voix s’est asséchée, mon humble chant s’est tut.

J’erre encor ici-bas, vestige craquelé,
Contemplant chaque instant l’énergie de vos vies,
Gardant par devers moi ce questionnement maudit:
Comment m’ouvrir à vous ? Comment dois-je m’exprimer?


Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 19 février 2021 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *