avril 25

Cœur astral

Lorsque ce monde hagard s’en retourne au Silence
Sous la Lune déployant ses mille rais d’argent,
Pour quelques heures s’écarte le Voile iridescent
Couvrant les voies secrètes où vogue Astralescence.

Nef de pur Aether, sise entre les étoiles,
Au pavillon orné d’une plume de chimère,
Tu embarques en ton sein les livres d’Éphémère
Où les trames du Destin, innombrables, se dévoilent.

Étais-ce entre ces pages que mon âme s’égara?
Au détour d’une ligne mêlée d’ambre et d’argent,
Une larme de fragrances,un parfum envoûtant
Évoquant la silhouette d’une étrange Ophelia.

Astre flamme, fleur obscure, vraie lumière, belle d’ombre,
D’essence insaisissable, elle était fascinante.
Mon être en fit sa Vie, mon cœur son Amante,
Un souffle m’assujetti à cette beauté sombre.

Pris dans la Roue du Temps, j’erre, perdu, d’âge en âge,
Trébuchant, corps gelé, sur cette longe route;
L’Espoir, ce doux poison, vient pourfendre mes doutes
Et me pousse en avant, prolongeant ce voyage.

Au loin, l’aube dessine la Miroitante Image,
L’esquisse de l’Exquise que je cherche en toute ère.
Est-ce un tour de l’esprit? Je meurs tant je l’espère!
Où es-tu, Vue Céleste? N’es-tu donc que mirage?


Copyright © 2014. All rights reserved.

Ecrit 25 avril 2021 par Damian dans la catégorie "Eclats d'âme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *